V.V.E s'oppose au projet démentiel de Tignes

Le Conseil municipal de Tignes, élu en 2014, a sorti en catimini, et sans que son programme électoral ne l’évoque au préalable, un projet démentiel axé autour de la construction d’un dôme de ski en forme de tube, appelé Ski Line.

 

Il s’agit de disneylandiser une partie de son domaine, dans le but de palier, à plus ou moins long terme, à la fonte inéluctable de son glacier.


Ladite fonte est bien évidemment liée aux changements climatiques visibles dans les Alpes, mais a aussi été amplifiée par une gestion irresponsable du ski estival depuis des dizaines d’années.


Le slogan « Skiez 365 jours par an », inventé en 1983 et abandonné depuis une décennie, a attiré toute sorte de compétiteurs en été : Équipes nationales, élites Coréennes ou Japonaises, stagiaires moniteurs en formation, etc.


Ainsi, le glacier a subi un damage journalier, alors que les neiges tombant au dessus de 3000 mètres de mai à septembre ont pour rôle essentiel de le protéger des intenses rayonnements se produisant pendant la période qui génère les plus fortes radiations.
Ce dernier s’est donc vu privé, de ce fait, de sa protection naturelle (la neige fraîche) agissant telle une crème solaire.

En outre, les entraîneurs ont quotidiennement déposé du sel au pied des piquets de slalom, dans le but de mieux les ancrer. Une pratique qui a conduit à la rapide disparition du glacier du Pissaillas voisin (Val d’Isère), remplacé aujourd’hui par de la neige artificielle !
A l’époque où il existait encore de quoi y pratiquer la compétition, Bonneval sur Arc était alimentée en eau salée…


Aujourd’hui, le Club Med, face aux bouleversements géopolitiques affectant le Moyen Orient, a choisi de fermer bon nombre de ses villages dans les zones considérées comme « à risque ».


Pour compenser ces fermetures, il a décidé d’investir massivement en Chine, notamment sous l’impulsion des nouveaux actionnaires majoritaires Chinois, et dans les Alpes… Où il est prévu de construire un nouveau village par an, s’adressant à une clientèle de plus en plus haut de gamme.
Le choix de Tignes s’inscrit dans cette logique, bien qu’il y existe déjà un village depuis de nombreuses années, rénové en 2009 (12 millions d’euros), passé en 4 tridents.


Il est effectué en dépit du fait que depuis 30 ans la plupart des constructions nouvelles se trouvent dans des espaces précédemment considérés comme situés dans des zones avalancheuses. Mais les bulldozers sont passés maîtres dans l’art de creuser des digues protectrices…


Quand on connaît le rôle qu’a tenu le Club Med dans la construction du Vanoise Express reliant Peisey-Vallandry à Montchavin-Les Coches, dans le but d’unir artificiellement les domaines des Arcs et de La Plagne (domaines sur lesquels le Club Med dispose de trois villages – bientôt quatre), il semble évident que Tignes fait l’objet d’un marchandage ayant lieu en sous-main.


D’ailleurs le Conseil municipal indique que le financement n’engagera pas de fonds publics… Mais privés…

 

Ce faisant, il avoue que les intérêts privés, notamment ceux du Club Med, priment sur la notion de bien commun.


Déjà « vendue » à de nombreux opérateurs immobiliers français et étrangers, notre montagne est sur le point de l’être à des capitalistes chinois, qui par ailleurs projettent de rentrer au capital de la Compagnie des Alpes, gérante des grandes stations des Alpes, dont Tignes !


Un collectif « Non au Ski Line de Tignes » s’est créé dans le but de demander au Maire, l’organisation d’un référendum, en raison du choix de ce projet qui ne figurait pas dans le programme sur lequel il a été élu.


En dépit d’un large soutien de la population concernée à la pétition qui demande ce référendum (près de 900 signataires à ce jour pour 2 600 habitants), celui-ci a refusé, confirmant que la démocratie n’a pas de signification réelle dès lors qu’il s’agit de questions relatives à l’exploitation de l’Or blanc.


Par conséquent, V.V.E dénonce cette emprise du privé sur l’intérêt général, la gouvernance discutable de la station de Tignes, et la politique de développement du Club Med qui joue sur l’attrait du Parc National de la Vanoise, quand cela l’arrange, comme à Peisey, et bafoue les plus élémentaires règles de protection de l’environnement en soutenant, voire imposant, ces projets mégalomaniaques, en contrepartie de l’installation ou du maintien de ses villages.


Le tout se déroule, ne l’oublions pas, en 2017, décrétée « Année du Tourisme durable ». !
Les beaux discours de l’OMT (Organisation Mondiale du Tourisme) ne servent manifestement à rien.


Pour de plus amples informations sur ledit projet : Tignes veut mettre la montagne en boite !


http://www.ledauphine.com/environnement/2016/11/23/tignes-reve-du-premier-ski-dome-dans-les-alpes


https://www.mountainwilderness.fr/images/presse/2016/CP-SkyLine-Tignes/CP-Tignes.html

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Loading
Heberger image
Heberger image
Heberger image