Réponse de V.V.E à l'article du "Nouvel économiste"

Réponse de V.V.E à l'article du Nouvel économiste :

http://www.lenouveleconomiste.fr/…/ecotourisme-responsable…/

Pour l'Association des voyageurs et voyagistes éco-responsables qui regroupe 20 voyagistes et plusieurs associations de très petite taille, la question du label ne se pose pas.
Voir ce que nous en pensons : http://blog.voyages-eco-responsables.org/…/dossier-la-labe…/
Le meilleur label est de réaliser des circuits inédits, originaux, non standardisés, non sous traités, utilisant les services d'un médiateur professionnel et diplômé, prenant en compte la capacité d'accueil des territoires.
Le participant peut alors se rendre compte seul de la véracité des engagements, de la qualité des séjours, et de leur impact positif sur les populations locales.
Nul besoin de label pour cela !
Une charte concrète et contraignante offre en outre l'avantage d'être accessible aux petits voyagistes de terrain. (voir le coût des labels !).
De plus,

A ce jour, il n'existe aucun véritable label "Tourisme Responsable, en dépit des affirmations de certains.
ATR est une certification, les critères ont été écrits par les membres de l'Association eux-mêmes.
ATES est un processus interne, non validé par un organisme certificateur externe.
En ce sens, la démarche ATES est au même niveau que celle de V.V.E. seule la sémantique change...


Jean-Pierre Lamic, Directeur de V.V.E, auteur de "Tourisme durable, utopie ou Réalité?"

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Loading
Heberger image
Heberger image
Heberger image