Moteurs de recherche…

Moteurs de recherche:

À quand un contrôle éthique des liens et référencements ?

Comment les liens commerciaux et liens sponsorisés participent à la désinformation

 

Qui n’a pas remarqué ces liens lors d’une recherche ? Ils s’affichent en tête ou dans la marge et se distinguent des sites liés à la recherche proprement dite.

Voici un exemple de ce qui s’affiche lorsque vous tapez « Voyages éco-responsables ».

 

 

Vacances Moins Cher
Comparez les prix des voyages
et des vols pour vos vacances
www.VoyagerMoinsCher.com

Billet D’avion à Prix Fou
Vols En Promo A Partir de 1€
Comparez En Ligne Les tarifs
Vols.HexaHotel.fr

Vols Dégriffés : dès 10€
Fauché(e) et Besoin de partir ?
Pas de panique : Vols à 10€ A/R !
Meilleures-Offres-Vols.com

Vacances dernière minute
Jusqu’à 80% de réduction !
En comparant les prix des vacances
www.comparateur-prix-voyage.com

 

 

 

 

C’est exactement l’inverse d’un voyage éco-responsable : le prix le moins cher, celui qui ne rémunère plus aucun des intervenants. Celui qui laisse à penser que l’on peut voyager à ce prix-là, sans casse sociale.

 

Ce prix, qui, in fine s’ancre dans l’esprit du voyageur comme le prix intrinsèque d’une prestation, et rend trop cher ou inaccessible le prix juste.

 

Ce prix qui ne reflète aucun savoir-faire ne représente que le bradage de places libres et d’invendus.

 

Il permet aux réels fournisseurs des prestations de moins perdre d’argent à court terme. Mais savent-ils qu’en mettant ces prestations sur le marché à un prix tellement dévalorisé, ils participent de fait à la baisse généralisée du prix de vente de l’ensemble de l’offre touristique et à sa standardisation.

 

En terme populaire cela s’appelle scier la branche sur laquelle on est assis.

 

V.V.E dit stop. Que ces référencements sponsorisés soient liés à des recherches axées sur le prix bas passe. Qu’ils s’affichent sur des recherches basées sur la qualité, le juste prix, l’éthique ou une approche éco-responsable n’est pas acceptable.

 

Ces critères ont droit eux aussi à la respectabilité des gestionnaires de ces moteurs de recherche.

 

Nous sommes en droit d’exiger que ces vendeurs d’invendus ne viennent pas polluer les informations que nous donnons sur des voyages éco-responsables.

 

Nous devrions également avoir le droit de vérifier que les opérateurs qui achètent des référencements sur les termes « durable, responsable, équitable » en appliquent réellement les principes, ce qui est loin d’être le cas à ce jour, et participe une nouvelle fois à la désinformation.

 

À quand un contrôle éthique de ces liens et référencements ?

 

Cela devient une question véritablement urgente.

 

En attendant, V.V.E  recommande Hooseek, un moteur de recherche responsable qui redistribue une partie des gains en faveur des associations.

Loading
Heberger image
Heberger image
Heberger image